Les collections

Histoire du vin de Champagne

Pressoir à roue à écureuil

Bois (érable et chêne), fer
Fin 17e siècle
Orbais l’Abbaye (51)
947.01.01

©P.-O. Deschamps/Agence VU'

©Ville d’Epernay

Ce pressoir provenant d’Orbais l’Abbaye (Marne, au sud-ouest d’Epernay) fut acheté en 1947 par la Ville d’Epernay afin d’intégrer le nouveau musée du vin de Champagne au château Perrier.

Ce pressoir à vis et engrenage démultiplié possède une grande roue dite à écureuil. Il s’agit d’une imposante pièce de 7 m de haut et dont la roue fait 4,50 m de diamètre. Cette dernière,  tournée à bras d’homme, actionne les trois roues de presse qui font descendre les madriers (planches de bois) sur les raisins placés dans une cage ajourée. Le jus s’écoule à travers la cage, part dans un bec verseur puis dans une cuve.

En Champagne, une grande vigilance est accordée aux règles de pressurage qui doit avoir lieu au plus vite après la cueillette des raisins afin d’éviter la macération de ces derniers. En outre, de faibles pressions de pressurage sont utilisées pour limiter la dégradation mécanique des baies. Plusieurs presses sont effectuées : la première, la cuvée, est riche en sucre et en arômes subtils et est utilisée de préférence pour les vins de garde. Lui succède la seconde presse, la taille.

De nos jours, les 2 000 centres de pressurage en activité en Champagne sont soumis à la réglementation relative à l’AOC Champagne.