Les salons historiques

Des décors intérieurs préservés

Les salons du rez-de-chaussée du Château permettaient de recevoir amis et clients.

Le grand salon ou salle de bal

Le hall d’honneur conduit au grand salon, lieu de réception par excellence. Ce dernier est éclairé par trois larges fenêtres courbes ouvrant sur le jardin à l’anglaise et plus loin sur les coteaux de la Montagne de Reims.

La richesse des moulures dorées à la feuille d’or évoque la fin du 17e siècle et le château de Versailles. De grands miroirs augmentent l’impression de volume dégagé par la pièce. Au plafond, un grand cadre ovale en plâtre encercle un ciel peint.

La cheminée en marbre blanc dessinée par Cruchet repose sur une marqueterie de marbre rouge, verte, jaune et blanche. Au sol, un parquet en marqueterie de quatre essences de bois et à décor géométrique (dit « à la suisse ») permet de définir cette pièce comme la plus luxueuse du bâtiment. Ce parquet a été livré en caisses et monté sur place par l’entreprise Sturler et Knechtenhofer depuis Paris.

Le petit salon

Le petit salon comportait une bibliothèque en bois sculpté inspirée de la Renaissance, créée sur mesure. Si cette bibliothèque est perdue, la cheminée en marbre vert des Pyrénées est toujours en place. Les décors étaient peints d’un blanc gris, couleur décrite dans les archives. Seul le miroir était encadré par une moulure dorée à la feuille d’or.

Comme dans d’autres pièces du château, les serrureries d’origine sont conservées. Elles ont été fournies par Roy, l’auteur de la grille d’honneur.

La salle de billard

La salle de billard était une pièce spectaculaire avec un plafond à caissons réalisé par l’artiste Ply Jeune. Tout était peint couleur faux-bois, du plafond aux murs. Une première niche accueillait une sculpture d’après l’antique en plâtre. Une seconde niche accueillait les queues de billard.

Seules les plinthes reprenaient la teinte rouge de la cheminée en marbre.

Les photographies prises en 1942 pour la vente du Château Perrier nous renseignent parfaitement sur la qualité des décors d’origine.

En 1951, l’installation de la bibliothèque municipale entraîne la dépose d’une partie des décors muraux du rez-de-chaussée. Certaines fenêtres et certaines niches sont aussi murées.

La salle de billard et la bibliothèque bénéficieront, comme le grand salon, d’une profonde restauration pour la réouverture.

Pour continuer la visite du château