Graffitis, les murs du château

La longue histoire du château Perrier peut se lire sur ses murs. Occupants ou personnes de passage y ont laissé leur marque. Voici un aperçu de plus de 100 ans de graffiti.

Des militaires…

Les plus anciens graffitis remontent au début du 20e siècle. Durant la Première Guerre mondiale, un cantonnement de l’armée italienne est installé à Epernay. Le grand caveau du château sert d’hôpital provisoire pour les troupes italiennes : des deux côtés de l’entrée des inscriptions italiennes ordonnent de ne pas blasphémer.

Plus tard, entre 1939 et 1940, la Royal Air Force loue le château. Le dessin d’un avion allemand témoigne peut-être de cette présence. L’armée allemande occupe le château de 1943 à 1944. Le Maschinenpistole 40, pistolet-mitrailleur allemand, gravé sur une colonne de l’escalier en est un indice probable. Ce sont ensuite les soldats américains alliés débarqués en Normandie qui prennent possession des lieux. Les hommes du « 234th combat engineer », le génie américain, ont gravé leur nom et leur grade sur les murs et les poutres de la charpente.

… des amis et des amoureux !

Nombreux sont ceux à avoir voulu laisser une marque de leur passage au Château Perrier. Les ouvriers réalisant les travaux d’installation du musée et de la bibliothèque ont écrit leur nom. La balustrade de l’escalier comporte des graffiti de prénoms de visiteurs et des dates (de naissances ?). Enfin à l’extérieur, le perron et l’entrée Est du château gardent le souvenir de jeunes sparnaciens de la fin du 20e siècle venu inscrire leur amitié ou leur amour sur la pierre calcaire friable.

À voir dans cette partie du château

Pour continuer la visite du château