La restauration de la première vue aérienne d’Epernay

Un montage photographique

Cette vue aérienne d’Epernay est constituée d’un montage de 17 photographies se chevauchant. Ce document administratif a été édité en 1921 par le Ministère des régions libérées, après la Grande Guerre. On y découvre Epernay avant la reconstruction.

Un document unique

La précision de cette photographie aérienne en fait un document capital pour comprendre l’urbanisme sparnacien, l’expansion industrielle des négociants en vin de Champagne, l’histoire du chemin de fer, ou encore le cadastre en 1921. Elle a été léguée au musée dès les années 30 par M. Labègue car elle avait déjà acquis une valeur mémorielle et patrimoniale, aux yeux des contemporains.

Une restauration nécessaire

Le doublage d’un document papier, comme une photographie, à l’aide de papier Japon a une fonction de renfort. Une fois doublé, le document peut de nouveau être manipulé, et donc exposé, sans risque de déchirure. Chimiquement neutre, le papier Japon, n’altère pas le document renforcé.

Pourquoi une telle photo ?

À partir de 1918, le Ministère de régions libérées gère les questions de dommages de guerre, de reconstruction et de désobusage. Cette photographie, commandée par ce ministère en 1921, est un témoignage rare du long travail effectué après la guerre.

Restauration et papier Japon

Le doublage d’un document papier, comme une photographie, à l’aide de papier Japon a une fonction de renfort. Une fois doublé, le document peut de nouveau être manipulé, et donc exposé, sans risque de déchirure. Chimiquement neutre, le papier Japon, n’altère pas le document renforcé.