Le fichage des pieds de vigne

Une photo illustrant une étape primordiale du travail de la vigne.

Le fichage des pieds de vigne

Crédit : Fonds Poyet

Grâce au don des Amis du Musée, le musée conserve près de 600 clichés photographiques relatifs au champagne, réalisés par le photographe Jean Poyet dans la première moitié du 20e siècle. On découvre ici les coteaux d’Aÿ, avant la replantation du vignoble après le phylloxéra.

Jusqu’au début du 20e siècle, les coteaux du vignoble champenois étaient bien différents du paysage que l’on connaît aujourd’hui : les vignes étaient plantées en foule. Près de 50000 à 60000 ceps de vigne poussaient en ordre dispersé sur chaque hectare de vigne. Chaque année, les viticulteurs replantaient des sarments de vigne auprès d’un tuteur (échalas de bois), selon la technique dite du « provignage ou du marcottage de la vigne ». Ce travail manuel et laborieux, compte-tenu de la topographie des coteaux et du morcellement des parcelles, s’effectuait au moyen de fiche-échalas ou de ficheuse.