Actualités

Pol Roger & Cie S.A. : premier mécène Cristal du musée

En janvier 2018, la société Pol Roger & Cie S.A a signé une convention de mécénat avec la Ville d’Epernay pour la réhabilitation du jardin du Château Perrier.

Pol Roger & Cie S.A. : premier mécène Cristal du musée

Après avoir examiné le projet, la Maison Pol Roger a en effet souhaité contribuer aux travaux du jardin et à la mise en place des fabriques* qui le parsèment. Le parc sera ouvert au public visiteurs ou promeneurs, indépendamment du musée.

Le budget prévisionnel des travaux de l’aménagement du parc s’élève à 1 551 118 € HT et à 149 350 € HT pour les études de maîtrise d’œuvre de l’Atelier Jours.

Le mécénat recherché était de 250 000 € pour le parc, et de 60 000 € pour les fabriques :

Pol Roger & Cie versera à la Ville d’Epernay 310 000 € sur 4 ans et sera le seul mécène du jardin.

Pol Roger & Cie S.A. devient ainsi le premier mécène Cristal du musée.

* Les « fabriques » ou « folies » désignent les kiosques architecturés dans les jardins de la période moderne. Les architectes du nouveau parc en livreront une réinterprétation contemporaine et poétique, espaces de repos et de découverte dans ce jardin public de la Ville.

Qui est Pol Roger & Cie S.A. ?

Pol Roger, une maison familiale

Pol Roger se lance dans le négoce du vin de champagne à l’âge de 18 ans. Il réalise sa première vente le 2 janvier 1849, puis s’installe à Epernay en 1851. Les exportations se développent rapidement, notamment vers l’Angleterre qui affectionne déjà le style de ses vins.

Maurice et Georges Roger succèdent à leur père en 1899. L’année suivante, ces derniers obtiennent, par décret du président de la République de l’époque, Emile Loubet, le droit de porter le nom emblématique de Pol-Roger.

Cette cohésion et cette solidarité familiale vont se perpétuer au fil des ans. A partir des années 1950, la troisième génération (Jacques et Jean Pol-Roger) puis la quatrième (Christian de Billy et Christian Pol-Roger) président aux destinées de la société familiale. Entre 1977 et 1997, Christian de Billy assure la Direction générale avant de devenir le Président du Conseil de Surveillance en 1998.

Ses enfants représentent la cinquième génération. Hubert, membre du Directoire, occupe la fonction de directeur des Relations Publiques et du Développement. Evelyne assume, quant à elle, l’importante responsabilité du vignoble Maison qui s’étend sur 92 ha.

Respect des valeurs et des traditions familiales n’est pas synonyme de repli sur soi et la société a su, au cours de son histoire, en faire la démonstration en faisant appel à des talents extérieurs. Patrice Noyelle, grand amateur de vin ayant passé 25 ans dans le vignoble bourguignon, rejoint la maison en 1997 et accède à la Présidence du Directoire en 1998. Il occupe cette fonction jusqu’en juin 2013, période à laquelle Laurent d’Harcourt lui succède après avoir assuré la Direction Export pendant sept ans. Ce dernier est épaulé au Directoire par Isabelle Gautier (Directrice Financière), Hubert de Billy et Dominique Petit (Chef de Caves).

Rare Maison à être demeurée strictement familiale, Pol Roger est fière d’une indépendance consacrée depuis presque 170 ans. Légitime fierté qui s’enrichit du privilège d’élaborer des champagnes à la qualité reconnue par tous, professionnels comme amateurs.

Un souhait de contribuer au développement culturel régional

A l’instar de Maurice Pol-Roger, Maire et fervent défenseur d’Epernay pendant la Grande Guerre, les dirigeants de la Maison se sont toujours engagés en faveur de la ville et de la région. « Quand le projet du musée du vin de Champagne et d’Archéologie régionale d’Epernay a été porté à notre connaissance, c’est tout naturellement que nous avons décidé d’en devenir mécène fondateur pour contribuer au développement culturel régional à travers la rénovation de l’ensemble du parc du Château Perrier. Nous avons particulièrement été sensibles à la préservation des espaces verts, authentiques lieux de vie, de transmission et de découverte des paysages de la Champagne, classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO », souligne Laurent d’Harcourt, Président du Directoire.

En savoir plus